Pour revenir à l’article précédent : Batiment et management visuel – 1.

Etape 2 – Affichage des indicateurs de performance et des processus de résolution de problèmes – Batiment et management visuel / Lean

Tableaux indicateurs - Batiment et Management visuel - Lean

Tableaux indicateurs – Batiment et Management visuel – Lean

Quels sont vos indicateurs pertinents  ?

  • le temps pour poser 1 m de garde-corps
  • le temps moyen pour poser un 1 m2 de menuiserie
  • le temps pour poser 1 m2 de plaque de plâtre, pour peindre 1 couche 1 m2
  • Le nombre de jours d’absence dans le mois
  • Le nombre de chantiers réussis dans les temps
  • Le nombre d’heures de reprise, finition ramené au nombre d’heures globales du chantier
  • Le % de réussite : Nombre d’heures prévues / nombre d’heures réelles par chantier

Tout est possible, c’est à vous de voir sur quoi vous souhaitez communiquer avec vos équipes, vos conducteurs de travaux, qu’est ce qui va les impliquer comme indicateurs, qu’est ce qui va le mieux montrer les progrès réalisés… Laissez les bosser sur ces indicateurs et donnez votre point de vue en DERNIER.

Et les indicateurs sont définissables pour tous les niveaux d’organisation. Les bureaux, la direction. Pour mémoire l’exemplarité dans les bureaux, de la direction. Sans cela, faites autre chose.

Une fréquence de mise à jour est définie. A la semaine, à la journée, qu’est ce qui est le plus pertinent pour vous ?

Ce n’est pas :

  • un instrument pour surveiller.
  • un outil pour humilier, « disputer », crier, bref « gueuler »
  • un moyen de donner des ordres, des injonctions.

C’est un outil, un moteur :

  • de création de valeur
  • de visualisation des progrès
  • d’encouragement

En réunion, pour discuter autour de ces tableaux :

10 à 20% du temps pour voir et comprendre ce qui n’a pas fonctionné, où étaient les pertes de temps, d’énergie, les gaspillages.

Et 80 à 90% du temps sur le positif, l’avenir, comment faire pour que cela ne se reproduise pas.

Ces indicateurs ne servent à rien si :

  • ils ne sont pas suivis
  • ils ne sont pas visibles : ateliers -bureaux – camions de chantier / chantier dans la base vie quand il y en a une spécifique à l’entreprise
  • ils ne sont pas commentés, discutés, s’ils ne donnent pas lieux à des groupes de résolution de problèmes, prenant en compte les idées d’amélioration.

Les groupes de résolution de problème

Pour tous les gaspillages observés, toutes les anomalies, des groupes de travail sont créés avec les intervenants judicieux.

Exemple

Si c’est un problème de livraison, l’apprenti sur chantier ne pourra rien y faire. Par contre, le conducteur de travaux, l’acheteur, suivant qui commande et fait livrer, ce sera pertinent.

Dans ce groupe de travail, il y aura :

  • le chef d’équipe ou de chantier qui a eu le problème et a perdu du temps
  • Le conducteur de travaux pour l’impliquer, c’est également son problème
  • Celui qui a acheté et fait livrer à la mauvaise date, au mauvais endroit, dans une quantité trop importante ou insuffisante
  • Celui qui a fait le devis pour les quantitatifs ou le bureau d’études

L’idée : chercher comment faire pour que cela ne se reproduise pas et que ce soit verrouillé, plus de perte de temps possible. Et ce sera appliqué pour tous les chantiers après formation des personnes concernées qui n’ont pas été impliquées dans le processus. Ces processus peuvent être soumis à amélioration après mise en service, utilisation.

Outils à utiliser :

5 Pourquoi
Batiment et management visuel - Lean

Batiment et management visuel – Lean – 5 Pourquoi

5 M – Ishikawa – Diagramme en arrêtes de poisson
Batiment et Management visuel - Lean 5M - Ishikawa

Batiment et Management visuel – Lean / 5M – Ishikawa

PDCA pour définir le plan de travail, jusqu’à une résolution intégrale du problème.
PDCA - Batiment et management visuel - Lean

PDCA – Batiment et management visuel – Lean

Comment choisir les sujets des groupes de travail ?

Souvent je préconise de :

  • regarder parmi les gaspillages ce qui est le plus vite résolu à moindre coût et rapportera le plus : critères Importance / Rapidité
  • ne pas hésiter à aborder les sujets qui fâchent, mais après un certain nombre de chantiers « pilote » pour se faire la main
  • Analyser tous les gaspillages pour vraiment trouver ceux qui impactent le plus.

Attention : un gaspillage moins important peut être plus récurrent. Bien travailler avec la base (les ouvriers sur chantier, ceux qui connaissent la partie métier pour la pratiquer tous les jours) pour savoir ce qui les impactent fréquemment. Souvent une idée anecdotique peut révolutionner les conditions de travail et faire gagner des milliers / des dizaines de milliers d’euros à l’année.

Etape 3 – Bâtiment et management visuel