La cartographie de flux de valeur ou VSM (Value Stream Mapping)

Intérêt de la VSM dans le bâtiment

Cette cartographie permet de mettre à plat l’existant et voir la non-valeur ajoutée, les gaspillages. Elle permet de de mieux planifier les améliorations.

La VSM dans le bâtiment est un excellent outil pédagogique pour comprendre les flux depuis la conception d’un chantier jusqu’à sa réception.

C’est également un outil de diagnostic privilégié pour se rendre compte du chemin à parcourir et de l’importance d’initier une démarche Lean.

Préparation d’une VSM dans le bâtiment

Choisir un chantier

Pour avancer et avoir des données suffisantes, prendre un chantier représentatif de son activité.

Choisir une opération d’un chantier

Limiter le périmètre à une opération du CCTP, du devis une ligne avec un volume d’heures suffisant.

Choisir une équipe

Garder un animateur Lean qui va suivre l’intégralité du processus. Choisir des personnes impliquées dans les différentes étapes de la production, de la commande fournisseur à la livraison sur chantier.

Communiquer

Prévenir les équipes, le personnel qui n’est pas dans le groupe de travail que vous allez étudier les flux, poser des questions, relever des temps de fabrication de pose, de travail. Cela peut être mal vécu si vous “débarquez” sans prévenir. Il est nécessaire de passer par ces étapes de communication. C’est le début du LEAN !

Et la VSM, la cartographie de flux de valeur ne s’étudie pas dans un bureau, c’est avec un chrono, un mètre et une roue de mesure et c’est sur le terrain !

 

VSM Bâtiment

VSM dans le bâtiment

VSM dans l’existant

Le diagnostic passe par cette cartographie. C’est un excellent moyen de démarrer de trouver les premières idées constructives et rapides à mettre en oeuvre.

Des symboles sont utilisés pour représenter ce flux et chiffrer les temps productifs, les temps improductifs.

VSM dans le bâtiment

VSM & Batiment

Le principe

L’existant

Votre groupe de travail suit le cheminement de la commande client jusqu’à la livraison sur chantier.
Vous notez TOUTES les étapes, pas en théorique, en réel. Si vous souhaitez avoir une vision réelle de ce qui se déroule dans votre entreprise, c’est le meilleur moyen de voir ce qui se passe. Pas une théorie que vous souhaiteriez.

Vous partez de votre chantier et vous remontez le temps. C’est le meilleur moyen de ne pas sauter des étapes et de réfléchir à tous les aspect.

Vous évaluez les temps d’attentes, vous avez des relevés de chantier, d’atelier pour connaitre les temps pour les opérations. Vous pouvez avoir les temps entre les livraisons et les temps d’utilisation. Vous pouvez voir avec vos équipes où ont été stocké les matériaux, le matériel et combien de fois ils les ont déplacés, combien de temps ces matériaux et matériels sont restés en stockage.
Vous allez pouvoir estimer les temps d’attente sur chantier, les livraisons effectuées, les temps perdus, les retours à vide, les transports inutiles. Vous allez avoir besoin de la coopération de vos équipes.
L’idée est d’avoir une photo de l’existant, de comprendre ce qui se passe, où cela bloque.
Vous pourrez constater les livraisons trop importantes sur chantier, les risques de vol. Revoir comment vous allez livrer, à quel fréquence et qui appelle la livraison, la planification, vous commencez à réfléchir Lean.
Tracez votre “bande dessinée” du fonctionnement de l’existant.

  • les flux physiques
  • les flux d’information
  • les dysfonctionnements, les gaspillages
  • La ligne de temps

Identifiez tous les dysfonctionnements, tous les points d’amélioration dans le groupe de travail.
Utiliser les outils du Lean : 5 Pourquoi, 5M, PDCA … pour trouver des solutions.
Après avoir fait ces constations, l’idée est d’imaginer un futur.

La cartographie cible

Revoyez votre cartographie de l’existant en supprimant au maximum les opérations sans valeur ajoutée, les temps d’attente, les opérations à valeur ajoutée s’enchaînent le plus rapidement possible.
Imaginer que ce sont les opérateurs sur chantier qui sont clients du reste de l’entreprise et que ce sont eux qui appellent le matériel nécessaire et qui déclenchent l’atelier en fonction de leur planning, qui déclenche à son tour ses approvisionnements. C’est une nouvelle vision des travaux, des plannings.

Construire un plan de développement

Sélectionner un chantier cible et un périmètre.
Travailler sur ce projet et définir un déploiement de cette cartographie de flux de valeur.
Construire un agenda de mise en oeuvre.
LA VSM dans le bâtiment se construit à partir de données réelles, relevées sur le terrain.
Il est nécessaire de tenir compte des compétences actuelles des collaborateurs et prévoir les besoins futurs !
A vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *